Lettre aux Européens de l’Ouest, par Viktor Orbán

« La situation, mes chers amis, est que l’on veut nous prendre notre pays. Pas d’un trait de plume, comme il y a cent ans à Trianon. Ce que l’on veut maintenant, c’est qu’en l’espace de quelques décennies nous le remettions à d’autres, à des étrangers venus d’autres parties du monde, qui ne parlent pas notre langue, qui ne respectent ni notre culture, ni nos lois, ni notre mode de vie. […]

 

« La Hongrie est notre patrie, elle est notre vie, nous n’en avons pas d’autre, et c’est pourquoi nous lutterons jusqu’au bout pour elle et ne nous rendrons jamais. Nous savons qu’au bout du compte ce sont eux qui se trouveront face à nos candidats dans chaque circonscription. Leur mission est d’arriver au pouvoir pour mettre leur grand plan à exécution. Le grand plan consiste à briser la Hongrie qui se trouve en travers du chemin des migrants et à installer en quelques années d’abord quelques milliers, puis des dizaines et des dizaines de milliers de migrants dans le pays. Si nous laissons faire, sur les deux décennies à venir, des dizaines de millions de migrants prendront la route de l’Europe à partir de l’Afrique et du Proche-Orient.

« Bruxelles ne protège pas l’Europe, car Bruxelles souhaite soutenir et organiser la migration au lieu de l’arrêter. Bruxelles veut diluer, changer la population de l’Europe, en sacrifiant notre culture, notre mode de vie et tout ce qui nous distingue en tant qu’Européens des autres peuples du monde.

« Les nations et les peuples de l’Europe occidentale perdent petit à petit, pas à pas, leurs quartiers et leurs villes. Il est de fait que ceux qui n’arrêtent pas la migration à leurs frontières sont perdus. Ils se feront absorber lentement, mais sûrement. […] Les jeunes d’Europe occidentale connaîtront encore le jour où ils se retrouveront en minorité dans leur propre pays et perdront le seul endroit du monde où ils pouvaient se sentir chez eux.

« Nous devons lutter contre un réseau international structuré en empire. Contre des médias entretenus par des groupes étrangers et des oligarques de l’intérieur, contre des activistes professionnels stipendiés, contre des fauteurs de troubles organisateurs de manifestations, contre le réseau des ONG financées par les spéculateurs internationaux, englobé et incarné dans la personne de George Soros.

« Nous avons affaire à un adversaire qui est différent de nous. Il n’agit pas ouvertement, mais caché, il n’est pas droit, mais tortueux, il n’est pas honnête, mais sournois, il n’est pas national, mais international, il ne croit pas dans le travail, mais spécule avec l’argent, il n’a pas de patrie, parce qu’il croit que le monde entier est à lui. »

Viktor Orbán

Il s’appelait Arnaud Beltrame, il est mort pour la patrie.

Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame est mort ce samedi 24 mars 2018, succombant à ses blessures. Il laisse derrière lui une femme qu’il devait épouser religieusement en juin.

L’acte héroïque de cet officier de gendarmerie ne saurait nous faire oublier les autres victimes:
– Jean Mazières, un viticulteur à la retraite depuis deux ans, natif de la commune voisine de Villedubert où sa famille était présente depuis quatre générations. Marié et père d’un fils. Il était passager de la voiture volée par le djihadiste.
– Christian Medves, chef boucher du Super U de Trèbes, tué d’une balle dans la tête, dans des circonstances encore inconnues. Marié et père de deux filles, grand-père d’une petite-fille.
– Hervé Sosna, maçon à la retraite et amateur de poésie, il faisait ses courses dans le super marché pris d’assaut par le tueur Redouane Lakdim. Tué dans des circonstances inconnues également.

Ces morts sont des enfants de la nation, des pères de familles, des travailleurs français. Nous avons le devoir de rendre hommage à la mémoire de nos compatriotes victimes de l’assassin islamiste. Prions pour le salut de leur âme.

Mais celui qui s’est sacrifié pour son prochain et pour sa patrie mérite un hommage particulier.
Jean Ousset nous le rappelle : c’est pour « conserver à l’ensemble des citoyens vivants, à ceux des générations futures, cet inappréciable moyen d’épanouissement personnel qu’est une patrie, qu’un certain nombre de citoyens ne croient pas inutile de se sacrifier ; enrichissant encore, par la beauté et la vertu d’un tel exemple, les ressources d’épanouissement ainsi offertes aux vivants. Car – y pense-t-on ? – quelle déchéance menacerait les personnes des générations à venir si, dans la patrie, une tradition d’égoïsme, de lâcheté, de veulerie, de couardise, d’esprit de jouissance immédiate, venait à s’établir au mépris du culte et à l’exaltation qu’on doit à la mémoire de ceux qui moururent pour la cité ? »

Major de promotion de l’école militaire de Saint-Cyr en 1999. Major de promotion de l’École des officiers de la gendarmerie nationale en 2001, membre du GIGN depuis 2003. Chuteur opérationnel déployé en Irak en 2005, décoré de la croix de la valeur militaire avec citation à l’ordre de la brigade en 2007…

Cet officier au parcours édifiant s’est livré au terroriste d’origine marocaine en échange d’une femme retenue en otage.Il est en quelque sorte la victime de ce gouvernement qui feint de lui rendre hommage, alors qu’il est à l’origine de l’attentat: en effet le djihadiste né au Maroc était connu de la DGSI. Fiché S pour radicalisation en 2014, Redouane Lakdim est naturalisé français en 2015. Revendiquant agir pour l’Etat islamique, il  lui tirera dessus à plusieurs reprises et le lardera de coups de couteau. Le gendarme sera touché grièvement, et égorgé.

Toute sa vie semble l’avoir préparer à son heure. Membre du EPIGN, il avait d’ailleurs déjà sauvé une française au péril de sa vie en 2005 en Irak. En décembre 2017, trois mois avant l’attaque, il participait à une simulation d’attaque terroriste dans un supermarché. Enfin cette noblesse d’âme, il l’a possède depuis sa plus tendre enfance, comme sa mère en témoigne: « Je savais que c’était forcément lui, Il a toujours été comme ça. C’est quelqu’un qui, depuis qu’il est né, fait tout pour la patrie. C’est sa raison de vivre. »
Ce patriote exemplaire nous offre ainsi un parfait exemple de charité la plus élevée, telle que décrite par Notre Seigneur en Jean 15:13 : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux que l’on aime« .

Réjouissons-nous plus encore en apprenant que ce héros français était revenu depuis 2008 à la religion catholique, et qu’il a pu recevoir les derniers sacrements sur son lit de mort,  dans la nuit du vendredi quelques heures avant son décès.

Il s’appelait Arnaud Beltram, il est devenu l’honneur de la patrie et un modèle de combattant catholique. À la veille du dimanche des Rameaux, ce sacrifice prend tout son sens.

Honneur à la résistance qui a dégonflé le jouet de Paul McCarthy

Paul-McCarthy-sculpture.jpg

Nous n’avons que trop vu ces dernières années à quel point « l’art contemporain » n’existe que par la provocation et l’écœurement qu’il suscite.

La soi-disant œuvre de Paul McCarthy installée place Vendôme était une insulte à la France et aux Français. Présenté par certains comme un arbre de Noël stylisé, cette « sculpture » gonflable n’était rien d’autre que la reproduction géante d’un « plug anal », jouet sexuel pour sodomite.

paul-mc-carthy-sex-toy-comparaison.jpg

Artistes décadents et invertis dépravés se tiennent par la main. Tout cela aux frais du contribuable, bien entendu.

L’abjection ne connaît plus de limite. Les bobos décadents qui servent d’élite à cette république dégénérée s’amusent à étaler leurs vices.

paul-mc-carthy-plug-dégonflé.jpg

Dès lors, Civitas rend hommage à la ou les personne(s) grâce à qui la baudruche perverse de Paul McCarthy s’est dégonflée. Honneur à cet acte anonyme de résistance dans ce monde sordide ! Il a suffi à dégager définitivement cette monstruosité obscène de la place Vendôme.

« Ce n’est pas le gouvernement de Bachar Al-Assad qui a utilisé le gaz sarin »

manipulation.jpegL’enseignant belge Pierre Piccinin, enlevé en Syrie en avril et libéré dimanche avec le journaliste italien Domenico Quirico, affirme avoir des preuves selon lesquelles ce sont les rebelles syriens qui ont utilisé des armes chimiques.

L’enseignant belge Pierre Piccinin da Prata est arrivé à Bruxelles ce lundi matin à 05h40, en provenance de Rome. Enlevé en Syrie en avril dernier, il a été libéré dimanche soir avec l’Italien Domenico Quirico, journaliste au quotidien La Stampa.

Interrogé par le présentateur Luc Gilson pour le journal télévisé belge de RTL, Pierre Piccinin, a indiqué que le gaz sarin n’avait pas été utilisé par le régime de Bachar Al-Assad.

« C’est un devoir moral de le dire. Ce n’est pas le gouvernement de Bachar Al-Assad qui a utilisé le gaz sarin ou autre gaz de combat dans la banlieue de Damas. Nous en sommes certains suite à une conversation que nous avons surprise. Même s’il m’en coûte de le dire parce que depuis mai 2012 je soutiens férocement l’armée syrienne libre dans sa juste lutte pour la démocratie », a déclaré l’enseignant dans une interview qu’il a accordé à RTL.

 

Un rebelle syrien reconnaît avoir utilisé des armes chimiques

L’individu dans le clip, Nadeem Baloosh, est membre d’un groupe d’insurgés appelé Riyad Al Abedin, qui est actif dans la région de Lattaquié en Syrie.

Baloosh parle de «produits chimiques qui produisent des gaz mortels que je possède», avant de déclarer, «Nous avons décidé de leur nuire par leurs femmes et leurs enfants. »

Baloosh s’interroge – est-il acceptable de s’en prendre aux femmes et aux enfants ?- avant de citer le Coran: «Combattez-les comme ils vous combattent.» Il poursuit en citant Oussama Ben Laden (dont d’autres groupes rebelles ont ouvertement fait l’éloge ).

« Nous tuerons leurs femmes et enfants – comme cheikh Oussama Ben Laden dit – » jusqu’à ce qu’ils cessent de tuer nos femmes et enfants », déclare-t-il.

Baloosh parle de l’armée syrienne qui approche de la zone où se trouve son groupe rebelle, avant de déclarer: «Nous avons donc considéré que cette arme était très puissante et efficace pour les repousser, nous avons annoncé que s’ils continuaient d’approcher, tout serait permis. »

Ce film ajoute à la masse croissante de documents qui laissent penser que les rebelles soutenus par les Etats-Unis possèdent et ont utilisé des armes chimiques à plus d’une occasion, bien que ces rapports ont été habituellement minimisés par les médias dominants.

Par ailleurs,  la Russie a annoncé  qu’elle avait rédigé un rapport de 100 pages montrant que les rebelles « étaient derrière une attaque meurtrière au gaz sarin dans une banlieue d’Alep au début de cette année. »

Carla Del Ponte , a déclaré à la télévision suisse qu’il existait « des soupçons importants, mais pas encore la preuve irréfutable » de la responsabilité des rebelles dans ces atrocités.

La semaine dernière , des rebelles syriens de la banlieue de Damas avaient admis à un journaliste qu’ils étaient responsables de l’utilisation d’armes chimiques du mois dernier, révélant que les victimes étaient le résultat d’un accident causé par une mauvaise manipulation d’armes chimiques fournies par l’Arabie saoudite. Malgré que le journaliste qui a reçu ces aveux, Dale Gavlak, soit correspondant de la BBC, ces informations n’ont quasiment pas été relayées.

A Pâques, l’avortement et la contraception des mineures seront gratuits

1258521316.jpgDifficile de ne pas voir dans le choix de la date d’entrée en vigueur de la gratuité totale de l’« IVG » et de la contraception pour les mineures une provocation anti-chrétienne. Ce sera le 31 mars. Un dimanche de fin de mois, comme si c’était là un choix logique pour la mise en place d’un nouveau dispositif. Pire : ce sera le dimanche de Pâques.

L’avortement gratuit est à l’évidence une décision idéologique. C’est une des seules dépenses qui progressent dans le cadre de la « rigueur » socialiste – avec celles liées à l’Education nationale, visant à mettre les enfants de plus en plus entre les mains de l’Etat et de leur donner des professeurs issus de l’immigration – et elle se double d’une augmentation du tarif consenti aux hôpitaux et professionnels de la santé, alors même que ceux correspondant à de vrais soins sont gelés depuis des années.

La contraception des mineures, anonyme et gratuite, ne couvre pas tout le spectre des contraceptifs disponibles. Pour elles, ce seront les pilules de 1e et 2e génération, avec tous leurs effets secondaires, leur risque abortif (contragestif : en cas de non-réussite du blocage de l’ovulation, elles ont toutes un « filet de sécurité » constitué par un effet anti-nidatoire, spécialement pour celles de 2e génération), leur bombardement d’hormones sur des jeunes filles encore en phase de formation et leurs effets néfastes sur l’écosystème. Mais aussi, le stérilet, principalement contragestif et jusqu’à il y a peu contre-indiqué chez des femmes n’ayant jamais eu d’enfant, et l’implant contraceptif, qui assure une « protection » de longue durée, associé lui aussi à des effets secondaires non négligeables. (Voir par exemple ici.) Les implants ont eux aussi des effets contragestifs.

Le gouvernement a « vendu » cette mesure en assurant qu’une meilleure couverture contraceptive allair faire diminuer le taux de grossesses adolescentes.

Cela reste à voir. Le sentiment de sécurité donné par l’idée qu’on ne « risque rien » augmente la conduite à risques et la promiscuité, et par ailleurs deux tiers des grossesses non planifiées commencent alors que la femme est sous contraception.

A quoi s’ajoute le danger spécifique de la contraception hormonale pour les femmes qui fument – et beaucoup d’adolescentes fument. Alors ?

source: article de Jeanne SMITS publié le 10/03/2013 sur son blog consacré aux nouvelles internationales de la culture de vie et de la culture de mort.

La France ouvre sa première crèche qui nie la différence entre filles et garçons

théorie du genre,idéologie,gender,indifférenciation des sexes,stéphane  clerget,crèche,bourdarias,ministre,najat vallaud-belkacem,égalitarisme,éducation,nature,négationAprès la Suède, pays qui a largement développé les crèches « qui traite de façon indifférenciée les garçons et les filles« , c’est au tour de la France dont la première crèche basée sur ce modèle a été ouverte à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis. Par l’ouverture de la crèche Bourdarias, « l’objectif assumé » du gouvernement est de « lutter contre les préjugés ‘sexistes’ dans l’éducation pour promouvoir l’égalité homme/femme. En cause, selon [la ministre du Droit des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, et la ministre déléguée à la famille, Dominique Bertinotti] la liberté des enfants, qui serait contrainte par les modèles culturels basés sur la différenciation des sexes« . Par conséquent, il n’est « plus question […] de proposer des jeux de filles aux petites filles et des jeux de garçons aux petits garçons« . 

Dominique Bertinotti souhaiterait également « faire évoluer la formation de tous les professionnels de la petite enfance pour les sensibiliser à la question et se réjouit d’ores et déjà des initiatives visant à promouvoir l’indifférenciation des pratiques« .
La journaliste explique que « depuis avril 2009, les équipes de la crèche Bourdarias, formées avec un spécialiste suédois, pratiquent cette pédagogie abusivement nommée ‘active égalitaire’ « . Par conséquent, les petites filles ne sont pas encouragées à jouer à la poupée et les petits garçons au bricolage, « on préfère plutôt encourager les pratiques inverses, quitte à pousser les enfants à aller contre leurs envies« . Ainsi, « quand les petites filles se rêvent en princesse« , le personnel explique qu’ils essayent « d’ouvrir l’horizon de la princesse en lui proposant du bricolage, mais sans l’empêcher de jouer à la princesse« . Pour la pédopsychiatre Stéphane  Clerget, « il faut proposer à chaque enfant d’être garçon ou fille à sa manière, sans nier la différence des sexes comme le font des partisans de la théorie du gender ». Mais la journaliste précise que « c’est pourtant bien la théorie du ‘genre’ qui est à l’oeuvre ici. Abusivement qualifiée de théorie, puisqu’elle n’aide en rien à penser le réel, mais à le contredire« . Selon elle, « la crèche Bourdarias s’inscrit […] bien dans un projet global du gouvernement à agir sur les modèles éducatifs pour promouvoir dès le berceau l’indifférenciation des sexes« .

source: Famille Chrétienne (Anne Gavini) 09/03/2013 via genethique.org

L’Islande chasse la pornographie !

nonauporno.jpegL’Islande a commencé par interdire la prostitution, puis le strip-tease et les jeux de hasard sur Internet. A présent l’île des volcans se prépare à proscrire la pornographie sur Internet. Le ministre de l’Intérieur du pays Ögmundur Jónasson a annoncé que son département préparait déjà un projet de loi approprié. S’il acquiert force de loi, l’un des plus pays les plus froids, sera le premier Etat d’Europe à pratiquer la censure sur le web.

La loi pourrait être votée dès ce printemps. Un groupe spécial formé à cet effet travaille activement sur le projet. Les contenus pornographiques seront interdits, et leur accès bloqué. Il ne sera plus possible de payer via les cartes de crédit émises par les banques islandaises les services des fournisseurs de contenus pornos.

L’Islande donne exemple au monde avec son approche progressiste du problème de la diffusion de la pornographie, est persuadée Gail Dines, professeure au Collège Wheelock de Boston.

« Le chiffre d’affaires de l’industrie porno dans le monde est évalué actuellement à 97 milliards d’USD. Rien qu’aux Etats-Unis on produit chaque année plus de 13 mille films pornos. Une page sur trois sur Internet contient du porno. On peut dire que la pornographie domine sur Internet. Certains chercheurs considèrent même que bien des innovations technologiques sont venues sur la toile de l’industrie porno, qu’elle a été le moteur de l’essor technologique sur Internet ».

Ironie du sort la pornographie a commencé à inonder l’Europe depuis la Scandinavie, des pays apparentés à l’Islande, comme le Danemark et la Suède. Cela s’est produit dès les années 60 du siècle dernier. Mais au cours des 15 dernières années le porno a changé foncièrement, selon Gail Dines.

« Nous ne parlons plus depuis longtemps des femmes nues du magazine Playboy. Il est question de vidéos hard, traumatisantes. A cause de l’Internet la pornographie est devenue d’un accès facile. Elle est regardée par toujours plus d’internautes, sur lesquels elle exerce une influence dégradante. Elle affecte leur sexualité et leur comportement envers la femme en général ».

Selon les données des sources statistiques européennes, l’Islande reste l’un des pays les plus développés pour l’usage d’Internet. 95-98 % de la population a accès à la toile mondiale. Suivant les données statistiques de l’Islande, les adolescents de 14-16 ans passent plus de temps sur les portails pornos que ceux d’autres pays européens.

source : la voix de la Russie

Après le « mariage » homosexuel, la franc-maçonnerie réclame l’euthanasie

Lu dans le dernier numéro de Faits & documents :

forces occultes.jpeg« La loi sur le « mariage homosexuel » n’était pas encore adoptée que le Grand Orient de France, par un communiqué du 28 janvier, annonçait que la prochaine grande « conquête sociétale » devrait être l’euthanasie, à la suite du rapport du Pr Didier Sicard (remis au président de la République le 18 décembre) et le dépôt d’un projet de loi en juin 2013. « Le GODF attend par conséquent du législateur la définition et l’adoption d’un cadre légal précis dont il définira le calendrier, afin de pouvoir respecter la volonté de ceux qui décideront de mourir dignement. » »

Pour le « Nouvel Obs », l’histoire montrera qu’Alain Escada a fourni l’ensemble des arguments des opposants au « mariage » homosexuel

Une tribune libre rédigée par Yves Delahaie et publiée sur le site du Nouvel Obs cherche à disqualifier l’étude du professeur Mark Regnerus de l’Université du Texas concernant les conséquences nocives pour les enfants d’une éducation « homoparentale ». Du coup, l’auteur de l’article revient sur le rôle de Civitas et de son président Alain Escada dans la campagne contre le « mariage » homosexuel.

ae-téléchezmenard.jpg« Le premier à l’avoir brandi médiatiquement en France n’est autre qu’Alain Escada. Normal, puisqu’il fut le premier dans les starting-blocks et la fin de l’histoire montrera que, s’il s’est fait doubler dans la dernière ligne droite dans l’éclairage de la fronde des antis, c’est bien lui qui aura fourni l’ensemble des arguments de ceux qui tentent, tant bien que mal, de s’en démarquer.

Ainsi, sur LCP, dans l’émission « Ca vous regarde » le 5 juillet 2012, ou encore sur France Culture le 13 du même mois, il offrit en pâture les résultats de cette étude, éclairante à ses yeux : « Les études publiées aux États-Unis sont parfois contradictoires et je ne vous citerai que la dernière étude publiée par l’Université du Texas et réalisée par le professeur Regnerus qui, au contraire, souligne à quel point, les enfants qui ont été élevés par des duos homosexuels sont beaucoup plus souvent que la moyenne drogués, dépressifs, boulimiques, anorexiques, voire qu’il y a beaucoup plus de situations d’abus sexuels dans le cadre de ses situations familiales. »

On oubliera, comme d’habitude, les provocations du héraut de la cause intégriste qui refuse le mot « couple » aux homosexuels pour leur attribuer celui de « duo », pour s’attarder sur les conclusions alarmantes de cette étude qui semblerait sceller le destin des homosexuels en France et leur volonté de voir leurs familles reconnues par l’État. Christine Boutin, bien informée elle aussi, est moins précise, mais semble elle aussi avoir entendu parler de cette étude, quand elle fut interrogée par Ruth Elkrief, insistant sur le caractère « très scientifique » de la méthode employée. Depuis, d’autres acteurs ont monopolisé l’attention des médias. Frigide Barjot, gouailleuse préférée des médias depuis peu, évoqua, elle aussi, l’étude Regnerus chez Paul Amar notamment.Xavier Bongibault, alibi homosexuel, la lance à tours de bras tant sur RTL, face à Yves Calvi, que dans « La Manche Libre », sans que tout ceci ne soit exhaustif. »

Une ambassade occupée à Paris dans l’indifférence médiatico-politique

Plusieurs dizaines de membres d’un collectif de soutien aux sans-papiers ont occupé, lundi matin 31 décembre, la nonciature apostolique à Paris pour réclamer la régularisation de sans-papiers en grève de la faim depuis deux mois à Lille. Selon une représentante de l’ambassade du Vatican, une quarantaine de manifestants immigrationnistes ont pénétré dans les lieux après avoir forcé le sas de sécurité.

Toutes les ambassades ne bénéficient-elles pas du même niveau de protection policière?Quand des jeunes catholiques perturbent une pièce de spectacle subventionnée qui se moque du Christ ou quand un mouvement identitaire occupe le toit d’une mosquée en construction, tout le gouvernement crie au scandale et demande la dissolution de ces dangereuses organisations.Entendrons-nous les mêmes s’indigner de l’occupation de la nonciature apostolique à Paris, l‘ambassade du Saint-Siège ?en savoir plus: Chrétienté.info, Le Monde