Pourquoi une Marche contre l’antichristianisme et la politique antifamiliale le 20 octobre prochain ?

nonàchristianophobie.jpeg

Pourquoi ?

A peine nommée à l’Observatoire de la laïcité par le Premier ministre, Mme Dounia Bouzar revendique le remplacement de deux fêtes chrétiennes par Yom Kippour et l’Aïd parmi les jours fériés reconnus par l’Etat. Pierre Bergé, le financier de toutes les mauvaises causes, surenchérit à la radio en proposant la suppression intégrale de toutes les fêtes chrétiennes en France. Le ministre Vincent Peillon a écrit vouloir « éradiquer » le christianisme et y substituer la laïcité comme nouvelle religion universelle ! A la suite d’une action illégale menée par des supermarchés, le gouvernement réfléchit au travail dominical pour tous… A Nancy, un spectacle de rue a servi de prétexte à des démonstrations d’antichristianisme et d’exhibitionnisme par des « acteurs » installés derrière les vitrines de commerçants. Les profanations d’églises, de chapelles et de cimetières chrétiens sont en pleine recrudescence. Des violences antichrétiennes sont commises en toute impunité dans des lieux de culte par des mouvements extrémistes comme les Femen, Act-Up, etc.

Cela suffit !

En parallèle de ce développement intolérable de l’antichristianisme dans notre pays, les mesures antifamiliales se multiplient. Après la dénaturation du mariage et de la parenté, c’est la théorie du genre qui déferle. 500 écoles servent déjà de lieux « d’expérimentation » depuis le début de cette rentrée scolaire ! La procréation médicamentalement assistée et la gestation pour autrui sont sur la liste d’attente d’une politique antifamiliale…

Cela suffit !

marche20oct-bergé.JPG

22 juin à Reims : chapelet de réparation publique contre le « mariage » homosexuel

22 juin 2013 à 17 H 30 à Reims : chapelet de
réparation publique contre le « mariage » homosexuel

A Reims , le 22 juin 2013, aura lieu le premier « mariage » d’une paire homosexuelle à la mairie, en application de la loi Taubira.

Nous nous rassemblerons à 17 H 30 sur le parvis de la cathédrale de Reims pour protester contre ce scandale d’une union contre-nature élevée au rang de mariage.

Nous réciterons un chapelet de réparation en public face à cette abomination qui reçoit la reconnaissance des autorités publiques.

Là où Clovis a été baptisé avec ses soldats par Saint Rémi, là où la France naissante s’est liée à la foi catholique , nous ferons monter notre prière vers Notre-Dame , patronne de notre pays.

Nouvel assaut contre la famille de la part du gouvernement socialiste.

Aujourd’hui, le gouvernement a décidé d’abaisser le plafond du quotient familial de 25% par demi-part fiscale. (-500€/demi-part fiscale).

Cette mesure antifamiliale, malheureusement prévisible de la part d’un tel gouvernement, est probablement une sanction ou une basse vengeance vis à vis de la France qui s’est soulevée contre l’inique loi Taubira.

N’y a-t-il pas d’autres économies à faire en France en ce moment?  Il suffit d’ouvrir les yeux et de faire preuve d’un minimum de bon sens pour répondre à cette question, tant les gaspillages et les injustices se multiplient partout en France.

A l’aube de l’application dans notre pays de l’infâme et illégitime loi Taubira, les idéologues socialistes du gouvernement et les promoteurs de cette loi se sont-ils interrogés sur son coût ?

Combien vont coûter à la Nation ces « mariages » homosexuels ?  Notamment en termes d’avantages fiscaux normalement réservés aux familles et du coup injustement concédés à des duos qui n’auront pas les mêmes projets, ni les mêmes soucis…

Nous remarquons que le président du « changement » qui devait soit disant « ne pas augmenter les impôts », le fera uniquement aux détriments des familles.

Ce gouvernement fera donc payer aux familles le coût de leur destruction en leur faisant supporter le poids financier de l’application de la loi Taubira et par ailleurs de sa politique irresponsable dans quasiment tous les domaines.

Demain se posera rapidement la question des retraites qui ne pourra se résoudre raisonnablement que par la démographie. Est-ce grâce à cette politique antifamiliale suicidaire pour la société que le gouvernement espère relancer la natalité? A moins bien sûr que sa solution aux problèmes démographiques ne réside encore et toujours dans une immigration incontrôlée…

La famille est en danger, tous ses défenseurs doivent rester mobilisés contre la politique antifamiliale de ce gouvernement.

Nous devons résister à la subversion de cette « culture de mort » révolutionnaire qui tente d’anéantir la France et notre civilisation en s’attaquant à ses fondements c’est à dire en tentant d’abattre la famille.

Pour cela nous devons nous organiser. Alors si tel n’est pas encore le cas, rejoignez Civitas! Participez aux différentes actions ou sessions de formation organisées ! Ou bien soutenez-nous financièrement !  Afin que tous ensemble nous puissions poser les bases qui nous permettront de réaliser notre mot d’ordre:

Du balai aux ennemis du mariage, de la famille et de la France!

 

Oui, la pilule contraceptive tue !

contraception,pilule contraceptive,femmes,santé,acim,printemps français,civitasCommuniqué de l’Association Catholique des Infirmières et Médecins :

« L’information donnée par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) expliquant que 20 personnes seulement meurent des complications thromboemboliques chaque année est absolument scandaleuse car mensongère. Pourquoi ?

1) Lors des morts subites à domicile par embolie pulmonaire le plus souvent le médecin signe le certificat de décès en donnant le diagnostic de crise cardiaque. Pour savoir si ces personnes sont décédées d’une embolie il n’y a pas d’autre choix que de faire une autopsie qui en pratique n’est jamais diligentée. Les familles en peine s’y opposent le plus souvent (C’est pas ça qui nous le rendra !) et les médecins légistes sont devenus rares.

2) Il en est de même pour les hôpitaux périphériques et même les centres hospitaliers universitaires ; ils se trouvent dans le même cas. Ce pour quoi ils sont à quelques exceptions près incapables de tenir de telles statistiques. D’autant que bien souvent ils réceptionnent des personnes mortes durant le transport. Là non plus, one ne se met pas à autopsier.

3) N’ont pas été inclus dans la statistique les décès des personnes ayant fait un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral. De plus, tout étudiant en médecine sait parfaitement qu’une embolie peut se diriger directement vers le cœur ou le cerveau.

4) N’ont pas été pris en compte les cas où la prise de pilule a été un facteur favorisant voire déclenchant. Donnons un exemple précis. On sait que les longs voyages en avion favorisent les morts subites dus à l’immobilité des membres inférieurs où se forment des caillots : ces personnes tombent inanimées à leur arrivée à l’aéroport ou un peu plus tard. Dans tous les cas le décès est seulement imputable au voyage alors qu’il peut être aussi en rapport avec la prise de pilule. Ces deux facteurs peuvent être réunis. Il est impossible de savoir lequel a été déterminant ou subsidiaire.

En limitant ainsi ses appréciations à 20 décès, l’ANSM n’a qu’un seul but : nous faire « avaler la pilule » en relativisant les effets secondaires des contraceptifs oraux…comme elle l’a fait avec le Médiator. Ce qui lui vaut une plainte en justice de la Fédération des Médecins de France…que l’ANSM dit vouloir assumer pleinement.

A partir de lundi, les mineures de 15 à 18 ans pourront bénéficier de la pilule. Combien de morts ?« 

Le délire continue : les transsexuels veulent des enfants…

ninirosaire.pngLes revendications les plus folles ont désormais pignon sur rue. La société matérialiste contemporaine laisse considérer l’enfant comme un simple objet auquel chacun -au nom de la sacro-sainte égalité- aurait droit. Les politiciens progressistes prétendent désormais satisfaire les caprices de tous ceux qui, délibérément, ont choisi un mode de vie contre-nature. Nouvelle étape de ce délire collectif : les transsexuels suédois veulent avoir des enfants.

Ne soyons pas des complices ! Mobilisons-nous pour défendre la Famille

A Pâques, l’avortement et la contraception des mineures seront gratuits

1258521316.jpgDifficile de ne pas voir dans le choix de la date d’entrée en vigueur de la gratuité totale de l’« IVG » et de la contraception pour les mineures une provocation anti-chrétienne. Ce sera le 31 mars. Un dimanche de fin de mois, comme si c’était là un choix logique pour la mise en place d’un nouveau dispositif. Pire : ce sera le dimanche de Pâques.

L’avortement gratuit est à l’évidence une décision idéologique. C’est une des seules dépenses qui progressent dans le cadre de la « rigueur » socialiste – avec celles liées à l’Education nationale, visant à mettre les enfants de plus en plus entre les mains de l’Etat et de leur donner des professeurs issus de l’immigration – et elle se double d’une augmentation du tarif consenti aux hôpitaux et professionnels de la santé, alors même que ceux correspondant à de vrais soins sont gelés depuis des années.

La contraception des mineures, anonyme et gratuite, ne couvre pas tout le spectre des contraceptifs disponibles. Pour elles, ce seront les pilules de 1e et 2e génération, avec tous leurs effets secondaires, leur risque abortif (contragestif : en cas de non-réussite du blocage de l’ovulation, elles ont toutes un « filet de sécurité » constitué par un effet anti-nidatoire, spécialement pour celles de 2e génération), leur bombardement d’hormones sur des jeunes filles encore en phase de formation et leurs effets néfastes sur l’écosystème. Mais aussi, le stérilet, principalement contragestif et jusqu’à il y a peu contre-indiqué chez des femmes n’ayant jamais eu d’enfant, et l’implant contraceptif, qui assure une « protection » de longue durée, associé lui aussi à des effets secondaires non négligeables. (Voir par exemple ici.) Les implants ont eux aussi des effets contragestifs.

Le gouvernement a « vendu » cette mesure en assurant qu’une meilleure couverture contraceptive allair faire diminuer le taux de grossesses adolescentes.

Cela reste à voir. Le sentiment de sécurité donné par l’idée qu’on ne « risque rien » augmente la conduite à risques et la promiscuité, et par ailleurs deux tiers des grossesses non planifiées commencent alors que la femme est sous contraception.

A quoi s’ajoute le danger spécifique de la contraception hormonale pour les femmes qui fument – et beaucoup d’adolescentes fument. Alors ?

source: article de Jeanne SMITS publié le 10/03/2013 sur son blog consacré aux nouvelles internationales de la culture de vie et de la culture de mort.

La France ouvre sa première crèche qui nie la différence entre filles et garçons

théorie du genre,idéologie,gender,indifférenciation des sexes,stéphane  clerget,crèche,bourdarias,ministre,najat vallaud-belkacem,égalitarisme,éducation,nature,négationAprès la Suède, pays qui a largement développé les crèches « qui traite de façon indifférenciée les garçons et les filles« , c’est au tour de la France dont la première crèche basée sur ce modèle a été ouverte à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis. Par l’ouverture de la crèche Bourdarias, « l’objectif assumé » du gouvernement est de « lutter contre les préjugés ‘sexistes’ dans l’éducation pour promouvoir l’égalité homme/femme. En cause, selon [la ministre du Droit des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, et la ministre déléguée à la famille, Dominique Bertinotti] la liberté des enfants, qui serait contrainte par les modèles culturels basés sur la différenciation des sexes« . Par conséquent, il n’est « plus question […] de proposer des jeux de filles aux petites filles et des jeux de garçons aux petits garçons« . 

Dominique Bertinotti souhaiterait également « faire évoluer la formation de tous les professionnels de la petite enfance pour les sensibiliser à la question et se réjouit d’ores et déjà des initiatives visant à promouvoir l’indifférenciation des pratiques« .
La journaliste explique que « depuis avril 2009, les équipes de la crèche Bourdarias, formées avec un spécialiste suédois, pratiquent cette pédagogie abusivement nommée ‘active égalitaire’ « . Par conséquent, les petites filles ne sont pas encouragées à jouer à la poupée et les petits garçons au bricolage, « on préfère plutôt encourager les pratiques inverses, quitte à pousser les enfants à aller contre leurs envies« . Ainsi, « quand les petites filles se rêvent en princesse« , le personnel explique qu’ils essayent « d’ouvrir l’horizon de la princesse en lui proposant du bricolage, mais sans l’empêcher de jouer à la princesse« . Pour la pédopsychiatre Stéphane  Clerget, « il faut proposer à chaque enfant d’être garçon ou fille à sa manière, sans nier la différence des sexes comme le font des partisans de la théorie du gender ». Mais la journaliste précise que « c’est pourtant bien la théorie du ‘genre’ qui est à l’oeuvre ici. Abusivement qualifiée de théorie, puisqu’elle n’aide en rien à penser le réel, mais à le contredire« . Selon elle, « la crèche Bourdarias s’inscrit […] bien dans un projet global du gouvernement à agir sur les modèles éducatifs pour promouvoir dès le berceau l’indifférenciation des sexes« .

source: Famille Chrétienne (Anne Gavini) 09/03/2013 via genethique.org

La prière fait peur

Ce mardi soir, un millier de catholiques ont répondu à l’appel de Civitas et sont venus participer à une veillée de prière devant l’Assemblée nationale en ce premier jour de débat en séance plénière concernant le projet de loi visant à dénaturer le mariage et la parenté, tandis qu’au même moment, à travers tout le pays, des milliers d’autres catholiques, dans leur foyer ou dans une chapelle, s’unissaient avec la même ferveur à ces prières, implorant Dieu de préserver la France de cette loi inique.Touchés au vif par cette récitation du rosaire, certains députés socialistes ont montré leurhaine anti-chrétienne, accompagnée d’une désinformation manifeste. (voir: le parisien)Il semble donc nécessaire de mettre fin à cette « légende urbaine » au sujet d’une prétendue loi interdisant les prières de rue. Aucune loi n’existe à ce sujet en France. Le décret de Claude Guéant datant de septembre 2011 est visiblement source de tous les phantasmes mais concernait une situation particulière et n’entraîne nullement l’interdiction générale de prier sur l’espace public.Stéphanie Le Bars dans un article au journal  Le Monde d’aujourd’hui demande: »La veillée de prière organisée mardi 29 janvier devant l’Assemblée nationale par l’institut Civitas, mouvement intégriste catholique, pour protester contre le « mariage pour tous » est-elle contraire à la loi, ainsi que l’ont laissé entendre des membres de la Gauche forte ?« Cette action est illégale car elle va à l’encontre de la loi visant à faire interdire les cérémonies religieuses dans les rues. Elle est antirépublicaine car en venant prier devant l’Assemblée nationale, maison de la République, les organisateurs heurtent de plein fouet la laïcité », ont expliqué, mardi, le député PS Yann Galut et la sénatrice PS Patricia Schillinger. Les deux parlementaires de la Gauche forte, nouveau mouvement au sein du parti socialiste, en ont même appelé au ministre de l’intérieur, Manuel Valls, lui demandant d’interdire cette manifestation…..Du côté de la préfecture de police, on estime en revanche que cette manifestation, …, n’avait pas lieu d’être empêchée. « Les prières de rues ne sont pas interdites en tant que telles dès lors que leur périodicité et leur ampleur ne troublent pas l’ordre public ». Et, lors de manifestations de ce genre, précise-t-on à la PP, toutes les dispositions sont prises pour éviter les incidents, notamment avec des contre-manifestants.L’institut Civitas avait de fait déposé une déclaration de manifestation à la préfecture de police, qui ne l’avait pas interdite. « Quand on est autorisé à manifester, après on manifeste comme bon nous semble: assis, à genoux, debout ou couché ! », commente Alain Escada, le responsable de Civitas. Plus généralement, les manifestations religieuses ponctuelles, telles que les processions ou les messes (notamment lors de grands rassemblements, type Journées mondiales de la jeunesse) sont autorisées sur la voie publique. »Cette méconnaissance de la loi française de la part de parlementaires met en relief leur incompétence alors que ceux-ci ont précisément un rôle de législateur.Avant de faire des lois qui bouleverseront la société, peut-être devraient-ils apprendre d’abord quelles sont les lois existantes et l’esprit de ces lois !

CIVITAS appele à prier devant l’Assemblée nationale

visuel29jan.jpg

(AFP/Libération) – Mariage : Civitas appelle à prier devant l’Assemblée nationale

Le groupe catholique compte organiser une veillée le 29 janvier pendant le débat sur le projet de loi sur le mariage pour tous. «Nous supporterons le froid comme une pénitence», lance son président Alain Escada.

L’Institut Civitas, proche des catholiques intégristes, a appelé vendredi à une veillée de prières devant l’Assemblée nationale dans la soirée du 29 janvier, jour où s’ouvrira le débat sur le projet de loi ouvrant le mariage aux homosexuels.

Dans un communiqué de son président Alain Escada, le groupe (…) estime que «la prière est l’arme la plus puissante contre les forces du mal» et contre ce projet de loi «contre-nature»«Implorons Dieu de nous préserver de cette loi inique», poursuit le communiqué, selon lequel «le 29 janvier, devant l’Assemblée nationale, nous supporterons le froid comme une pénitence».

Civitas a revendiqué la présence de 50 000 personnes lors de sa manifestation du 13 janvier, distincte de celle du collectif «La manif pour tous» qui a estimé le nombre de ses manifestants à 800 000. Selon la préfecture de police, celle-ci a rassemblé 340 000 personnes.