En voulant la disparition de la franc-maçonnerie, Alain Escada inquiète les forces occultes

forces occultes.jpeg

 

Le site d’information Pravda.ch a publié une interview décapante d’Alain Escada (à lire ici : http://www.civitas-institut.com/2017/04/05/civitas-veut-s…).
Suite à cette interview, Hiram.be, l’un des principaux sites maçonniques francophones “invite les Frères et les Sœurs à lire cette interview, (…) pas pour faire l’apologie du sieur Escada, mais bien au contraire pour que tous voient et sachent qui il est et ce qu’il propose (…) la disparition de la franc-maçonnerie…”

 

La franc-maçonnerie subventionnée par l’argent du contribuable…

forcesoccultes.jpgLu sur l’Observatoire des subventions :

« La ville d’Epinal (Vosges) a approuvé le versement d’une subvention de 2463 euros à la loge maçonnique d’Épinal pour une réunion privée.

Ainsi,  le “Cercle philosophique et culturel” (autre nom de la loge maçonnique d’Épinal) a reçu une subvention de 2463 euros de la ville d’Epinal. Or, l’attribution de cette subvention n’est accompagnée d’aucune délibération. Cette subvention de 2463 euros à la loge maçonnique d’Epinal a en fait été versée pour l’organisation d’une tenue maçonnique (réunion rituelle) fermée au public et d’un repas au centre des congrès. Pourquoi la Mairie d’Epinal finance-t-elle un rite ? »

CIVITAS inquiète le Grand Orient de France…

Que l’on critique la « mariage » homosexuel, à la limite… Mais que l’on pointe du doigt l’influence de la franc-maçonnerie dans la promulgation de la loi Taubira, ça cela énerve et inquiète bien plus les frères trois points tapis dans l’ombre de leurs loges. L’Agence France Presse a fait écho aux propos de José Gulino, Grand maître du Grand Orient de France (GODF), première obédience maçonnique du pays, qui a dénoncé mardi « une montée de la violence d’extrême droite » dans « un climat dangereux », auquel « il faut mettre fin le plus tôt possible ».

Dans un appel téléphonique à l’AFP, le Grand maître du GODF dénonce « les slogans anti-maçonniques lancés (dimanche) dans le cortège mené par l’Institut Civitas « .

Tout au long du parcours, les manifestants ont scandé: « Ni laïque, ni maçonnique, la France est catholique », ou « il faut sortir le Grand Orient du gouvernement », après avoir accusé les « forces occultes » de le soutenir.

C’est un « climat dangereux », s’est alarmé le Grand Maître. « Cette montée de l’obscurantisme, ces violences verbales et physiques, il faut les casser le plus vite possible. Nous devons sécuriser nos locaux, prendre des précautions, faire un travail de mémoire, redire l’Histoire. ».

Il s’est également indigné de la démission du père Pascal Vesin, curé de la paroisse de Megève en Haute-Savoie, interdit par le Vatican d’exercer sa mission en raison de sa double appartenance à l’Eglise et au Grand Orient.

« J’ai l’impression », a-t-il confié, « de me retrouver au temps de l’Inquisition. Je relie cette décision à une forme d’obscurantisme médiéval, à un recul du vivre-ensemble, des valeurs humaines. Pour nous la liberté de conscience est absolue ». (ndlr : On notera au passage que pour le Grand Orient, « la liberté de conscience est absolue » pour les forces de la subversion mais doit « être cassée » lorsqu’elle concerne les défenseurs de la Famille)

Pour le Grand maître du GODF, « il y a chez les hommes politiques une absence de réaction forte. Mais quand la République est en danger, il faut la préserver et la défendre ».

http://www.tahiti-infos.com/Le-Grand-Orient-de-France-den…

Après le « mariage » homosexuel, la franc-maçonnerie réclame l’euthanasie

Lu dans le dernier numéro de Faits & documents :

forces occultes.jpeg« La loi sur le « mariage homosexuel » n’était pas encore adoptée que le Grand Orient de France, par un communiqué du 28 janvier, annonçait que la prochaine grande « conquête sociétale » devrait être l’euthanasie, à la suite du rapport du Pr Didier Sicard (remis au président de la République le 18 décembre) et le dépôt d’un projet de loi en juin 2013. « Le GODF attend par conséquent du législateur la définition et l’adoption d’un cadre légal précis dont il définira le calendrier, afin de pouvoir respecter la volonté de ceux qui décideront de mourir dignement. » »