La pornographie vue comme « outil d’éducation à la sexualité » des adolescents dans un colloque sous le patronnage du… ministère de l’agriculture

préservatif féminin.jpg

Nous avons pris connaissance d’un échantillonnage de ce qu’un directeur d’établissement scolaire a reçu au cours du dernier trimestre comme tracts, dépliants, dossiers, au contenu significatif en matière de tentative d’influence des moeurs notamment. En voici un premier avant-goût.

D’abord, un dépliant pour une journée de conférences organisée par l’AFPSSU (qui signifie association française de promotion de la santé scolaire et universitaire) sur le thème « Ecole, sexe, vidéo ou comment parler de la sexualité aux jeunes ». Un argumentaire accompagne afin de favoriser l’inscription à ce colloque. Et parmi cette argumentation, je lis que « la question de la pornographie comme « outil d’éducation à la sexualité » des adolescents mérite d’être posée« . Moi, j’avais plutôt l’impression que la pornographie est un outil de déformation de la sexualité au profit d’une banalisation de comportements pervers et avilissants et au mépris du respect de la personne. Mais ce qui m’a surpris, c’est que ce colloque soit annoncé « sous le Haut patronnage » de divers ministères, dont le ministère de l’agriculture. On pourra toujours considérer qu’il y a bien dans la pornographie du cochon qui sommeille mais on ne nous empêchera pas de penser que les agriculteurs, bien malmenés par la politique agricole, sont en droit d’attendre autre chose de l’usage des deniers de leur ministère attitré !

Le second dépliant est publié par l’INPES (institut national de prévention et d’éducation pour la santé). AFPSSU, INPES,… Mais combien a-t-on en France d’organismes prétendant s’occuper de la santé dans les établissements scolaires ? Ici, il s’agit d’un « mode d’emploi du préservatif féminin », avec quantités de dessins explicites à l’appui, distribué aux élèves de tous les niveaux, de la sixième à la troisième. Et l’exercice pratique dès la maternelle, c’est pour quand ?

France Jeunesse Civitas

L’Islande chasse la pornographie !

nonauporno.jpegL’Islande a commencé par interdire la prostitution, puis le strip-tease et les jeux de hasard sur Internet. A présent l’île des volcans se prépare à proscrire la pornographie sur Internet. Le ministre de l’Intérieur du pays Ögmundur Jónasson a annoncé que son département préparait déjà un projet de loi approprié. S’il acquiert force de loi, l’un des plus pays les plus froids, sera le premier Etat d’Europe à pratiquer la censure sur le web.

La loi pourrait être votée dès ce printemps. Un groupe spécial formé à cet effet travaille activement sur le projet. Les contenus pornographiques seront interdits, et leur accès bloqué. Il ne sera plus possible de payer via les cartes de crédit émises par les banques islandaises les services des fournisseurs de contenus pornos.

L’Islande donne exemple au monde avec son approche progressiste du problème de la diffusion de la pornographie, est persuadée Gail Dines, professeure au Collège Wheelock de Boston.

« Le chiffre d’affaires de l’industrie porno dans le monde est évalué actuellement à 97 milliards d’USD. Rien qu’aux Etats-Unis on produit chaque année plus de 13 mille films pornos. Une page sur trois sur Internet contient du porno. On peut dire que la pornographie domine sur Internet. Certains chercheurs considèrent même que bien des innovations technologiques sont venues sur la toile de l’industrie porno, qu’elle a été le moteur de l’essor technologique sur Internet ».

Ironie du sort la pornographie a commencé à inonder l’Europe depuis la Scandinavie, des pays apparentés à l’Islande, comme le Danemark et la Suède. Cela s’est produit dès les années 60 du siècle dernier. Mais au cours des 15 dernières années le porno a changé foncièrement, selon Gail Dines.

« Nous ne parlons plus depuis longtemps des femmes nues du magazine Playboy. Il est question de vidéos hard, traumatisantes. A cause de l’Internet la pornographie est devenue d’un accès facile. Elle est regardée par toujours plus d’internautes, sur lesquels elle exerce une influence dégradante. Elle affecte leur sexualité et leur comportement envers la femme en général ».

Selon les données des sources statistiques européennes, l’Islande reste l’un des pays les plus développés pour l’usage d’Internet. 95-98 % de la population a accès à la toile mondiale. Suivant les données statistiques de l’Islande, les adolescents de 14-16 ans passent plus de temps sur les portails pornos que ceux d’autres pays européens.

source : la voix de la Russie